23 avril 2016

Pleine lune d'avril...

« A la croisée des chemins »

16-les-trois-graces-moyen

Les Trois Grâces, tableau peint par Raphaël actuellement conservé au Musée Condé à Chantilly.

Importante pleine lune du printemps, l’axe Taureau-Scorpion est le territoire privilégié de l’imagination.
En Scorpion, Hécate aux trois visages, ténébreuse à souhait pour les uns et bénéfique pour les autres, ouvre le bal. N’oublions pas que dans le signe opposé, le Taureau, Aphrodite est dite : pudique, féconde et lubrique…
Au printemps comme à l’automne, cette noble Lune présente au Soleil sa totale magnificence.
Mère, Sainte et Courtisane, sont au rendez-vous !
Vison globale de la féminité.
Ouverture de conscience, changement de vie, fascination passagère, retour à soi… à la croisée des chemins se trouve la résidence sacrée !

*

Pleine lune du carrefour !

Un bel exemple dans la mythologie grecque : Œdipe. Il fuit éperdument son destin pour échapper au funeste oracle, au point qu’il finit par se trouver au bon endroit, au bon moment, avec la bonne personne, c’est le carrefour de sa vie !
Comme lui, sur le toboggan de la vie extériorisée nous nous fuyons, jusqu’à nous perdre de vue et déprimer. Pourtant à chaque instant, nous avons rendez-vous avec nous même, car nous sommes toujours à la bonne place !
Chaque personne est un carrefour où se croisent les énergies antagonistes afin que le cœur épouse, harmonise les énergies contraires et rende hommage au Vivant spontanément.
La Présence silencieuse est la déesse du carrefour, maîtresse des trois mondes : Ciel, Terre et Enfers, elle dispense tous les dons car elle est la source guérisseuse de l’oubli de soi.
Gratitude.

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

 

Posté par caruana charles à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 avril 2016

Caroline Gautier

" Au nom du corps"

"Elle"

Posté par caruana charles à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2016

Albert Einstein

2016-04-11_163131

Il y a des moments où l’on se sent libéré de ses propres limites et imperfections humaines.
Dans de tels instant on se voit là, dans un tout petit coin d’une petite planète, le regard fixé en émerveillement sur la beauté froide et pourtant profonde et émouvante de ce qui est éternel, de ce qui est insaisissable.
La vie et la mort se fondent ensemble et il n’y a pas d’évolution ni de destination, il n’y a que ÊTRE.
Albert Einstein.

Merci Paty Nowhere...

Posté par caruana charles à 16:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 avril 2016

Fernando Pessoa...

2016-04-01_140456

« Il y a du sublime à gaspiller une vie qui pourrait être utile, à ne jamais réaliser une œuvre qui serait forcément belle, à abandonner à mi-chemin la route assurée du succès Pourquoi l’art est-il beau ? Parce qu’il est inutile.

Pourquoi la vie est-elle si laide ? Parce qu’elle est un tissu de buts, de desseins et d’intentions.

Tous ses chemins sont tracés pour aller d’un point à un autre. Je donnerais beaucoup pour un chemin conduisant d’un lieu d’où personne ne vient, vers un lieu où personne ne va…

La beauté des ruines ? Celle de ne plus servir à rien. »

Fernando Pessoa

Roxane Chapdelaine a partagé la photo de Littérature et Poésie.

Posté par caruana charles à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2016

David Amar...

"La Loi d’Amour"

Héritage d’une Maison Vivante 

2016-03-29_113408

Une conférence de David Amar, Fils de Nadège et Yvan Amar, Disciple de Shri Chandra Swamiji Udasin.

Pour sa première conférence, David Amar a choisi de donner naissance à l’enseignement reçu par son Père qui se concentre autour d’un thème essentiel, L’Amour. Cet enseignement n’est pas celui qu’Yvan Amar partagea publiquement mais celui qui fût transmis dans l’intimité de la famille et de la relation Père-Fils. 

Durant les 16 années suivant la mort d’Yvan Amar, cet enseignement a pu retrouver l’humus, la mort dans le terreau fertile pour retrouver Vie aujourd’hui sous une forme nouvelle.

« Un jour, mon Père m’a dit qu’il faisait confiance à mon coeur de père et aujourd’hui que j’ai la joie d’être le père d’une petite fille, je comprends ce qu’il a voulu me dire, car aujourd’hui je reconnais l’importance de la transmission. Je la reconnais car ce qui m’a été donné, ce qui m’a été transmis, ne m’appartient pas, je ne peux pas faire autrement que de partager à mon tour avec la même générosité et la même ouverture avec lesquelles Cela m’a été donné. » David Amar

Où ? Kalari 7, 3 cité de la Roquette 75011 Paris
Quand ? Le Dimanche 17 Avril 2016, ouverture des portes à 17h30.
Combien ? 10€

Réservation : 

En Ligne : https://www.weezevent.com/conference-de-david-amar-la-loi-d-amour-heritage-d-une-maison-vivante 
Par e-mail : catherine.yogaplus@hotmail.fr
Par téléphone : 06 73 18 98 54. 

Vente de billets sur place selon disponibilité.

www.nadege-amar.com
www.edition-du-relie.com/Yvan-Amar,3.html
www.sadhanakendra.org/fr/teachings.html

Posté par caruana charles à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mars 2016

Christiane Singer

2016-03-27_113028

Je suis Celle que rien n'arrête
Je suis Celle qui arrache aux morts leurs bandelettes

Je suis Celle qui entre en trombe par les fenêtres ouvertes
Arrache les rideaux, décroche les volets

Je suis Celle qui n'a peur de rien
Qui se lève et clame son indignation, 
sa colère devant les scandales du mépris

Je suis celle que même la mort n'a pu faire mettre à genoux et
Qui court en enjambant les ruines

Je n'ai jamais stagné
J'ai reçu la vie de tous ceux et de toutes celles que j'ai aimé et que j'aime
Ils marchent pieds nus dans mes rêves
Ils dorment à l'ombre de mes cils
Jamais où je suis ils ne sont pas

Je suis Celle que le monde sans cesse éblouit 
Jamais je n'ai laissé l'indifférence me gangrener
J'aime ouvrir les yeux des aveugles
Comme des âmes ailées m'ont ouvert les miens
Et je porte le flambeau de la mémoire des hommes et des femmes dont je suis le témoin vivant.

Christiane Singer 
Extraits d’un texte cité par Léonard Appel in « Montre-toi vivant », Editions Le Passeur, 2014

Merci Jean Lavoué

Posté par caruana charles à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2016

Qui est Charles Coutarel ?

" Qui est Charles Coutarel? "

IMG_0186

Bonne question ! Toujours la même. La réponse se doit d'être aussi la même: personne! Ou une simple figure de langage... Une identité passagère, un personnage de théâtre, rien de réel ni de fiable. Par contre, ce que je suis en dehors du personnage et de ses rôles d'emprunt peut avoir un intérêt, l'intérêt de la reliance à soi et de la redécouverte de l'Identité véritable. Le caractère est insignifiant. Oublions le. Cherchons ce qui est vrai ou réel en dessous, creusons l'impossible "sujet"!

C'est finalement la seule et bonne question: "qui ou que sommes-nous vraiment?".... Pour découvrir cela il suffit d'un moment de retournement réel et conséquent de l'attention de notre conscience sur elle-même et de prendre le temps de vraiment voir et d'explorer ce qui est là. C'est un travail d'évidence, de dépouillement de nos oripeaux et d'un rien de patience et d'attention ouverte pour réaliser ce qui se cache en dessous. Simplement notre attention consciente, c'est tout ce dont nous avons besoin. Cela suffit.

Comme il suffit de se raconter des histoires sur soi-même et de jouer nos rôles! Assez. Arrêtons de prétendre un moment... Que sommes-nous sans nos histoires??? Soyons simplement honnêtes un instant, ce n'est pas trop nous demander et nous sommes les premiers concernés et intéressés! Et si rien de palpable ni de tangible ne se dégageait de cette aventure au moins nous n'aurons plus besoin d'y penser! En soi c'est déjà une libération! Rien que pour ça, ça vaut le coup!

satoji

Soyons donc égoïstes un moment, oublions le monde dit certifié, ses clameurs et rumeurs. Enfonçons-nous dans l'instant présent sans autre forme de procès. C'est une investigation directe. Ramenons toute notre attention ici, en nous, sur ce qui en nous est la source de toutes perceptions. En soi. Pas le corps, pas les pensées, pas les émotions, pas les mémoires ni les savoirs ni nos dites connaissances... Que sommes-nous vraiment en nous-même maintenant?...

Gardons juste notre attention ouverte, innocente en nous, en ce coeur de perception et de conscience... Que se passe-t-il ici? Maintenant. En cet instant. De quoi sommes-nous conscients ici en dehors des perceptions internes ou externes? Qu'est-ce qui est vraiment ici comme nous-même??? Maintenant, sans chercher ni aller plus loin. L'évidence ici. L'évidence de l'Etre-ici.

Sans aucun doute nous sommes, nous sommes ici, nous sommes conscients, et nous sommes conscient de notre êtreté consciente ici. Prenons le temps de goûter cet être-ici pour lui même, sans aucun de nos attributs habituels et automatiques... Comment cet être-ici se ressent-il en lui-même? Est-ce détendu? Est-ce libre? Est-ce ouvert? C'est conscient bien sûr! Faisons-nous le moindre effort pour ça? Est-ce naturel?...

Prenons le temps, maintenant, ne cherchons pas plus loin, n'attendons rien. Osons simplement être ici et savourer cela. Y a-t-il le moindre inconvénient à être ici?... Est-ce tranquille? Peut-on dire paisible?... Trouvons-nous une limite à cela?... Regardons si nous pouvons trouver un endroit où notre être-conscience est limité.... Où cela s'arrête-t-il? Cela s'arrête-t-il?.... Restons dans cette exploration, dans cette attention ouverte....

Nous sommes toujours conscient des perceptions périphériques changeantes, mais est-ce que cela en nous qui est conscient de ces perceptions change avec elles ?... Cela bouge-t-il? Peut-on dire que les perceptions sont perçues, elles vont et viennent, mais que cela qui perçoit, notre être-conscience, demeure?... Juste notre expérience directe, pas de référence d'évaluation à nos acquis de savoir. Notre réelle connaissance directe ici et maintenant de la situation, notre autorité propre.

Qui ou que sommes-nous maintenant? Cela en soi a-t-il une valeur?... Nous manque-t-il quelque chose maintenant?... Voyons par nous-même, ne croyons rien en dehors de l'expérience directe. Nous manque-t-il quelque chose?... De toute évidence non, il ne nous manque rien. Nous sommes, nous sommes conscient et cela n'est pas désagréable... Devons-nous faire quelque chose pour cela?... Est-ce en soi une valeur suffisante?...

Est-ce reposant?... Se re-poser en soi est le véritable repos. Voulons-nous plus? N'avons-nous déjà pas tout ici? Est-ce que quelque chose d'extérieur nous donnerait un plus durable? Pouvoirs, sentiments, relations, acquisitions, expériences, tout change, rien de certain, rien de fiable. Où voulons-nous investir notre attention? Sur le changeable ou sur ce qui demeure? Où se trouve le véritable intérêt, l'amour et la paix véritable?...

Que voulons-nous offrir et partager?... Que voulons-nous vraiment?...

Si nous voulons ce qui est ici, tout est déjà donné. Par donné. Si nous voulons des trophées, des accomplissements, des explications, des justifications, des récompenses, nous allons devoir combattre et nous débattre, nous épuiser en luttes vaines et résistances stériles pour des gains provisoires et des pertes relatives... Toutes nos si chères conditions, aliénations et dépendances...

Qu'avons-nous donc de si important à faire que nous n'avons pas le temps d'être simplement nous-même?...
Honnêtement, sincèrement, que voulons-nous vraiment, vraiment?...
C'est libre.
________ Et c'est même notre liberté à tous!"
"Ayam". 
http://satsangeurope.free.fr/satsangfra…/pfr.interview04.htm

Posté par caruana charles à 11:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 mars 2016

Jacqueline Kellen

"Mystique et érotique"

 

Posté par caruana charles à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2016

Expo Clémence...

"Clémence Caruana à Diagora...Toulouse Labège "

2016-03-13_210156

2016-03-13_210809

2016-03-13_210835

2016-03-13_210900

2016-03-13_211010

2016-03-13_211128

http://caruanaclemence.canalblog.com/

http://caruana.dictionnairedesartistescotes.com/ 

 

Posté par caruana charles à 21:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2016

Nouvelle lune en Poissons...

"La rencontre imprévisible..."

le-jardin-des-hespc3a9rides

Quatre planètes sont au rendez-vous de la nouvelle lune dans le signe des Poissons : Mercure, Neptune, Lune et Soleil.

Attraction océanique ! La mer est démontée mais l'enthousiasme et la recherche d'émotions intenses nous motivent. Rêve, fantasme, exagération, ensommeillement, peur, les enfantements de la nuit accaparent notre attention.
Dans le même temps, l’invitation du silence est entendue… Une distance face au monde de l’efficacité se pose…  Un accueil inattendu du quotidien étonne…

Mars et Saturne, en Sagittaire, fomentent, préparent secrètement l'embuscade. Ou bien alors, c’est l’émergence d’un acte issu de notre profondeur d’être qui s’impose naturellement…  La conscience sort d’un état de rêve et prend conscience d’elle-même.
Quant à Jupiter, dans le signe de la Vierge, capitaine du bateau, il apporte de la compétence, du cadrage et de la prudence. 
Cette lunaison hivernale, dernière épreuve du cycle annuel, nous permet de tordre le cou à l'obscurité terrifiante... et d'accueillir le renouveau, symbolisé par le Printemps.

ecf

Hercule luttant contre Nérée, lécythe à figures noires, 500-490 avJC.

Hercule, héros de la mythologie grecque, lors de son onzième travail, est en grande difficulté car il doit cueillir les fameuses pommes d'or mais il ne sait pas où chercher ? Fatigué, désirant se reposer, l'obscurité fraîche d'une grotte l'attire, il entre mais, par mégarde, il marche sur un homme endormi, c'est Nérée, le dieu des océans.

L’assoiffé de vérité trouve et retrouve son chemin
en fréquentant le silence.
Il entre dans la grotte de son cœur.
Et rencontre par inadvertance, son maître intérieur.

*

Nérée, bien plus bienveillant que Neptune, est « le sage de la mer ». Dans les anecdotes mythologiques, il a le don de se métamorphoser pour échapper à ses adversaires.

Nérée en chacun de nous, est notre « espace » émotionnel.

En mutation permanente, il n’est pas saisissable

par la compréhension mentale.

La déferlante de créativité est aussi magnifique que dévastatrice.

*

Nérée, aussitôt réveillé, en colère, se transforme en lion et saute sur le héros, qui le terrasse et le ligote. Mais il se change en serpent et attaque Hercule, qui l'attrape par la tête et le fait tournoyer. Nérée se métamorphose en flammes ardentes, mais encore une fois, le héros éteint le feu avec sa peau de lion.

Le lion : le feu de la personnalité, de la projection extériorisée.
Le serpent : le feu souterrain de notre intériorité.
Les flammes ardentes : l’enflamment total de notre conscience.
Hercule est notre soleil intérieur.
Le feu ou plutôt la lumière est notre cœur au sein de la nuit existentielle.
L’expérience du héros rencontrant le dieu de l'immensité est la révélation de la toute puissance de la Présence.
Les trois feux représentent les trois pommes d’or que la conscience cherche.
Le cœur est le jardin des Hespérides.


Nérée se calme, reprend sa forme humaine et indique à Hercule le chemin qui mène au jardin des pommes d'or.

*

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          

 https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

Posté par caruana charles à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]