02 juin 2016

Goethe...

"Commencez-le maintenant..."

 

2016-06-02_104816

 

Jusqu'à ce qu'un être se soit engagé, il y a de l'hésitation, la possibilité de se retirer, toujours de l'inefficacité concernant tous les actes d'initiation et de création.
Il y a une vérité élémentaire dont l'ignorance tue les idées innombrables et les plans splendides: Au moment où un être s'engage définitivement la Providence bouge aussi.
Toutes sortes de choses arrivent pour aider qui, autrement, jamais ne se seraient produites. Tout un courant d'événements issu de cette décision s’élève en sa faveur sous la forme d'incidents fortuits, de rencontres, d'assistance suprasensible qu'aucun Homme n'aurait pu rêver de trouver sur sa route.
Quoi que vous puissiez faire ou rêver, commencez-le.
L'audace contient du génie, de la puissance, de la magie.
Commencez-le, maintenant.
Goethe

Merci Eve Lafitte

Posté par caruana charles à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 mai 2016

Jean Klein

2016-05-19_113708

Nous ne devons pas donner trop d’importance à la syntaxe, aux mots, mais l’homme communique de cette façon, c’est un problème de tous les jours. Faut-il nous taire ou trouver une autre manière de communiquer plus précise, dans laquelle on ne pourrait relever de sens divergents ?
En tout cas, dans l’enseignement qui vous est ici transmis, les mots sont seulement une image, écoutez-les sans les inter­préter, afin de sentir ce qui est derrière, ce qui passe par leur intermédiaire.
Laissez vivre la formulation sans intervenir, sinon, ce que l’on a entendu devient intellectuel, on cherche à s’en souvenir ; or, ces phrases sont déjà mortes, la mémoire est un cimetière."

Jean Klein

Merci Josy Hanne

Posté par caruana charles à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2016

J. Krishnamurti

 

Je suis la Vie.

J

"Je n'ai pas de nom, je suis comme la fraîche brise des montagnes.
Je n'ai pas d'abri, je suis comme les eaux errantes.
Je n'ai pas, comme les sombres dieux, de sanctuaires.
Je ne suis pas dans les ombres profondes des temples.
Je n'ai pas de livres sacrés.
Je ne suis pas établi dans la tradition.

Je ne suis pas dans l'encens qui s'élève des autels, ni dans les pompes des liturgies.
Je ne suis ni sur l'image sculptée, ni dans le chant d'une voix mélodieuse.

Je ne suis pas encerclé par des théories, ni corrompu par des croyances.
Je ne suis pas tenu dans les chaînes des religions, ni dans la pieuse agonie de leurs prêtres.
Je ne suis pas pris dans le piège des philosophies, je ne suis pas tombé au pouvoir de leurs sectes.

Je ne suis ni en haut ni en bas, je suis l'adorateur et l'objet de son culte.

Je suis libre.
Mon chant est le chant du fleuve vagabond qui appelle les océans ouverts...

Je suis la Vie." 

J. Krishnamurti

via  Roxane Chapdelaine  

Posté par caruana charles à 07:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Au détour du Larrech...

photo 3

Le Larrech Chambre d'hôtes en Ariège, boulevard Laffont, Castillon en Couserans

Tel : 06 30 70 94 74 - http://maisondularrech.canalblog.com/

Posté par caruana charles à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2016

Yolande Duran

Yolande Duran 

Interview - Proyecto LibreMente

Merci Angela Dupraz

Posté par caruana charles à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 mai 2016

Boris Cyrulnik

"L'étoile du berger"

icone92

"Un enfant blessé, mais résilient, connaît l'itinérance, comme les itinérants qui s'orientent vers un but, un rêve, une étoile du Berger qui donne la direction. Mais comme les vents leur sont contraires, ils doivent louvoyer, s'éloigner du but pour y revenir plus tard. La voie du détour est fréquente chez les résilients qui finissent quand même par retrouver leur chemin après de longs écarts et des méandres laborieux." Boris Cyrulnik 

2016-05-02_084100

 Merci à Kim Paderewski et à Sylvie Petit-Fontaine.

Posté par caruana charles à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2016

Nisargadatta Maharaj

 Le Soi est le gourou

 

Posté par caruana charles à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2016

Pleine lune d'avril...

« A la croisée des chemins »

16-les-trois-graces-moyen

Les Trois Grâces, tableau peint par Raphaël actuellement conservé au Musée Condé à Chantilly.

Importante pleine lune du printemps, l’axe Taureau-Scorpion est le territoire privilégié de l’imagination.
En Scorpion, Hécate aux trois visages, ténébreuse à souhait pour les uns et bénéfique pour les autres, ouvre le bal. N’oublions pas que dans le signe opposé, le Taureau, Aphrodite est dite : pudique, féconde et lubrique…
Au printemps comme à l’automne, cette noble Lune présente au Soleil sa totale magnificence.
Mère, Sainte et Courtisane, sont au rendez-vous !
Vison globale de la féminité.
Ouverture de conscience, changement de vie, fascination passagère, retour à soi… à la croisée des chemins se trouve la résidence sacrée !

*

Pleine lune du carrefour !

Un bel exemple dans la mythologie grecque : Œdipe. Il fuit éperdument son destin pour échapper au funeste oracle, au point qu’il finit par se trouver au bon endroit, au bon moment, avec la bonne personne, c’est le carrefour de sa vie !
Comme lui, sur le toboggan de la vie extériorisée nous nous fuyons, jusqu’à nous perdre de vue et déprimer. Pourtant à chaque instant, nous avons rendez-vous avec nous même, car nous sommes toujours à la bonne place !
Chaque personne est un carrefour où se croisent les énergies antagonistes afin que le cœur épouse, harmonise les énergies contraires et rende hommage au Vivant spontanément.
La Présence silencieuse est la déesse du carrefour, maîtresse des trois mondes : Ciel, Terre et Enfers, elle dispense tous les dons car elle est la source guérisseuse de l’oubli de soi.
Gratitude.

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

 

Posté par caruana charles à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2016

Caroline Gautier

" Au nom du corps"

"Elle"

Posté par caruana charles à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2016

Albert Einstein

2016-04-11_163131

Il y a des moments où l’on se sent libéré de ses propres limites et imperfections humaines.
Dans de tels instant on se voit là, dans un tout petit coin d’une petite planète, le regard fixé en émerveillement sur la beauté froide et pourtant profonde et émouvante de ce qui est éternel, de ce qui est insaisissable.
La vie et la mort se fondent ensemble et il n’y a pas d’évolution ni de destination, il n’y a que ÊTRE.
Albert Einstein.

Merci Paty Nowhere...

Posté par caruana charles à 16:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]