02 janvier 2017

Commencez-le, maintenant... Goethe...

 2016-12-30_104616

"Horizon d'enfants" Clémence Caruana

Jusqu'à ce qu'un être se soit engagé, il y a de l'hésitation, la possibilité de se retirer, toujours de l'inefficacité concernant tous les actes d'initiation et de création.

Il y a une vérité élémentaire dont l'ignorance tue les idées innombrables et les plans splendides: Au moment où un être s'engage définitivement la Providence bouge aussi.

Toutes sortes de choses arrivent pour aider qui, autrement, jamais ne se seraient produites. Tout un courant d'événements issu de cette décision s’élève en sa faveur sous la forme d'incidents fortuits, de rencontres, d'assistance suprasensible qu'aucun Homme n'aurait pu rêver de trouver sur sa route.

Quoi que vous puissiez faire ou rêver, commencez-le.
L'audace contient du génie, de la puissance, de la magie.
Commencez-le, maintenant.

Goethe

Merci Nathalie Coulon

Posté par caruana charles à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 décembre 2016

Nouvel an, nouvelle vie... Christian Bobin

 2016-12-18_120121 

"C'est quoi, réussir sa vie, sinon cela, cet entêtement d'une enfance, cette fidélité simple : ne jamais aller plus loin que ce qui vous enchante à ce jour, à cette heure. "

Christian Bobin, "La Part manquante".

Merci Jean-Pierre Mallard

Posté par caruana charles à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2016

Philippe Jaccottet...

"C'est le Tout-autre que l'on cherche à saisir. Comment expliquer qu'on le cherche et ne le trouve pas, mais qu'on le cherche encore? L'illimité est le souffle qui nous anime. L'obscur est un souffle; Dieu est un souffle. On ne peut s'en emparer. La poésie est la parole que ce souffle alimente et porte, d'où son pouvoir sur nous.
Toute l'activité poétique se voue à concilier, ou du moins à rapprocher, la limite et l'illimité, le clair et l'obscur, le souffle et la forme.

C'est pourquoi le poème nous ramène à notre centre, à notre souci central, à une question métaphysique. Le souffle pousse, monte, s'épanouit, disparaît ; il nous anime et nous échappe; nous essayons de le saisir sans l'étouffer. Nous inventons à cet effet un langage où se combinent la rigueur et le vague, où la mesure n'empêche pas le mouvement de se poursuivre, mais le montre, donc ne le laisse pas entièrement se perdre.
Il se peut que la beauté naisse quand la limite et l'illimité deviennent visibles en même temps, c'est-à-dire quand on voit des formes tout en devinant qu'elles ne disent pas tout, qu'elles ne sont pas réduites à elles-mêmes, qu'elles laissent à l'insaisissable sa part."

Philippe Jaccottet extrait de "La Semaison"

Merci Marga Braud

Posté par caruana charles à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2016

M. Yourcenar

Le paradoxe de l'écrivain M. Yourcenar

Merci Gilles Marguerite

Posté par caruana charles à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2016

Leonard Cohen...

Merci Angela Dupraz

Posté par caruana charles à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 octobre 2016

Karlfried Graf Durckheim...

Le sens de la vie est d'être le témoin du divin dans l'existence !

Posté par caruana charles à 11:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 octobre 2016

François Cheng...

La vie a la prééminence, disais-je.

mais cela n'enlève rien au fait
que nous sommes dans le pétrin.

Nous autres humains sur terre, 
nous sommes pris dans un terrible engrenage :
 la certitude de mourir
sans  en connaître  ni le jour ni l'heure 
devient en nous  la source de toutes les incertitudes.
 
Malgré nos mille mesures visant à nous sécuriser, 
nous vivons sous la menace de maladies, d'accidents, 
de conflits meurtriers, de perte d'êtres chers.
D'où notre permanente angoisse.

 Compte tenu de cette situation,
 il y a bien lieu de parler du miracle d'être là ensemble, 
de partager ce rare bonheur d'un vrai échange. 
 
téléchargement

 

http://lefildariane1234.blogspot.fr/

Posté par caruana charles à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2016

Rainer Maria Rilke...

 "Lettres à un jeune poète"

 

rilke

 

Nous n'avons aucune raison d'éprouver de la méfiance à l'égard de notre monde, car il n'est pas tourné contre nous. S'il recèle des peurs, ce sont NOS peurs ; des abîmes, ils sont nôtres ; présente-t-il des dangers, nous devons tenter de les aimer. Et si seulement nous faisons en sorte que notre vie soit commandée par le principe qui nous enjoint de nous en tenir toujours à ce qui est difficile, ce qui nous semble encore être le plus étranger deviendra bientôt ce qui nous sera le plus familier et le plus cher. Comment pourrions-nous oublier ces vieux mythes qu'on trouve à l'origine de tous les peuples, les mythes où les dragons se transforment en princesse à l'instant crucial ; peut-être tous les dragons de notre vie sont-ils des princesses qui n'attendent que le moment de nous voir un jour beaux et courageux. Peut-être tout ce qui est effrayant est-il, au fond, ce qui est désemparé et qui requiert notre aide.

Lettre du 12 août 1904 - Merci Christian Beraud

Posté par caruana charles à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2016

Christiane Singer

"Du bon usage des crises..."

 

téléchargement

 

J'ai eu plusieurs fois, l'impression vertigineuse de voir jusqu'au fond des êtres.

C' était comme si tous les masques protecteurs avaient fondu -- comme si, sous les multiples pelures, brillait le noyau.

Chaque fois j'ai été submergée d'une indicible tendresse pour cette unique manière d'être au monde que chacun manifeste à travers le corps qu'il s'est choisi, ses gestes, ses hésitations, ses maladresses mêmes -- et chaque fois m'a étreinte une vénération profonde pour cette part divine que chaque vivant -- le plus souvent à son insu -- incarne."

"Du bon usage des crises" -- Christiane Singer.

Posté par caruana charles à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2016

Exposition Clémence Caruana...

2016-10-01_142630

VERNISSAGE: MARDI 11 OCTOBRE 2016 à partir de 18H

 https://clemence-caruana.com/

Posté par caruana charles à 14:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]