06 septembre 2017

Pleine lune dans le signe des Poissons...

Que nous raconte cette pleine lune dans le signe des Poissons ?

A tous et à chacun, elle propose des strates d'histoires sans importance, à raconter au coin du feu. La finalité est d'entendre parler de soi au détour du fil des mots imagés...

Il y a le fou chantant, pleurant, souffrant, qui chemine dans l'endroit et l'envers du monde. Il théâtralise la vie sociale et culturelle et anime ainsi la société humaine en projetant son monde subjectif sans retenue ni prudence. Il vague et divague !

Il y a le référent, celui qui localise sa conscience au service des personnes en difficulté. Philosophes, médecins, professeurs et prêtres, ils stabilisent les disharmonies sociales et psychologiques et donnent du sens.

Il y a le poète qui arpente les espaces inexplorés par l'intérêt général. A son contact, les traversées océaniques sans gouvernail deviennent légitimes et fréquentables, ainsi le langage de l'intime se tisse sans cesse.

Enfin il y a "les inclassables" : les amoureux, adeptes de l'ouverture, tantôt dévastatrice, tantôt bienveillante, qu'importe ! Ils demeurent entre la vision globale qu'offrent les yeux et le délice de croquer une pomme que la bouche préconise... Seul le nez répond à ce désir incensé, il affirme sa centralité et ainsi permet la médiation, l'incarnation du vivant.

Le parfum de la rose mène le jeu et ouvre le chemin.

Ainsi entre délire et sagesse, le bon vieux Noé, accompagné de son oiseau blanc, descend de son arche. Sa première rencontre sur la nouvelle terre est un cep de vigne !

Probablement le mythe du verre de l'amitié retrouvée... Ivre d'éternité, il n'a que sa nudité à offrir aux regards étonnés.

Posté par caruana charles à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 août 2017

Hélios, celui qui voit et entend tout...

« Hélios, celui qui voit et entend tout » 

2017-08-21_181752

Cette nouvelle lune dans le signe du Lion est un évènement singulier… L’histoire d’Hélios, le dieu-soleil de la mythologie grecque, nous propose un labyrinthe de mots imagés en lien avec le signe du Lion.

Hélios conduit le char du soleil et assure la protection des dieux et des hommes. Garant des serments, "il voit et entend tout". Il dénonce les amours coupables d’Aphrodite et d’Arès, puis il informe Déméter de l’enlèvement de sa fille Coré.

Ce dieu est très occupé contrairement à tous les autres dieux de l’Olympe, car il se lève à l’Est, dès le premier chant du coq, conduit son char tiré par des chevaux blancs, rejoint l’Ouest le soir venu, fait paître ses chevaux dans l’île des bienheureux. Il embarque tout le monde sur son bateau qui a la forme d’une coupe d’or et traverse la nuit obscure pour rejoindre Eos, la déesse de l’aurore, continue sa ronde lumineuse et veille sur les dieux et les hommes.

Tous les dieux ont rendez-vous avec Zeus, mais Hélios arrive en retard…

Chaque dieu a reçu un lieu d’ancrage comme un continent, un fleuve, une montagne, une île, une ville… Zeus est bien embêté car tout a été distribué. Poséidon, avec son imagination féconde, prend l’affaire en main. Dieu des océans, il plonge dans les grandes profondeurs obscures de son domaine et ramène à la surface de l’eau des poignées de terre et créée l’île de Rhodes pour Hélios.

Rhodes, son étymologie flirte avec la couleur rose, le parfum de la rose et la Rose ! 

Une fleur de terre issue de la spontanéité, sans histoire ni mémoire.

Ile des bienheureux la nuit, île de Rhodes le jour,

Hélios, au cœur de la vastitude, symbolise la Présence.

*

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50        https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

Posté par caruana charles à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2017

Commencez-le, maintenant... Goethe...

 2016-12-30_104616

"Horizon d'enfants" Clémence Caruana

Jusqu'à ce qu'un être se soit engagé, il y a de l'hésitation, la possibilité de se retirer, toujours de l'inefficacité concernant tous les actes d'initiation et de création.

Il y a une vérité élémentaire dont l'ignorance tue les idées innombrables et les plans splendides: Au moment où un être s'engage définitivement la Providence bouge aussi.

Toutes sortes de choses arrivent pour aider qui, autrement, jamais ne se seraient produites. Tout un courant d'événements issu de cette décision s’élève en sa faveur sous la forme d'incidents fortuits, de rencontres, d'assistance suprasensible qu'aucun Homme n'aurait pu rêver de trouver sur sa route.

Quoi que vous puissiez faire ou rêver, commencez-le.
L'audace contient du génie, de la puissance, de la magie.
Commencez-le, maintenant.

Goethe

Merci Nathalie Coulon

Posté par caruana charles à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2016

Nouvel an, nouvelle vie... Christian Bobin

 2016-12-18_120121 

"C'est quoi, réussir sa vie, sinon cela, cet entêtement d'une enfance, cette fidélité simple : ne jamais aller plus loin que ce qui vous enchante à ce jour, à cette heure. "

Christian Bobin, "La Part manquante".

Merci Jean-Pierre Mallard

Posté par caruana charles à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2016

Pleine lune d'avril...

« A la croisée des chemins »

16-les-trois-graces-moyen

Les Trois Grâces, tableau peint par Raphaël actuellement conservé au Musée Condé à Chantilly.

Importante pleine lune du printemps, l’axe Taureau-Scorpion est le territoire privilégié de l’imagination.
En Scorpion, Hécate aux trois visages, ténébreuse à souhait pour les uns et bénéfique pour les autres, ouvre le bal. N’oublions pas que dans le signe opposé, le Taureau, Aphrodite est dite : pudique, féconde et lubrique…
Au printemps comme à l’automne, cette noble Lune présente au Soleil sa totale magnificence.
Mère, Sainte et Courtisane, sont au rendez-vous !
Vison globale de la féminité.
Ouverture de conscience, changement de vie, fascination passagère, retour à soi… à la croisée des chemins se trouve la résidence sacrée !

*

Pleine lune du carrefour !

Un bel exemple dans la mythologie grecque : Œdipe. Il fuit éperdument son destin pour échapper au funeste oracle, au point qu’il finit par se trouver au bon endroit, au bon moment, avec la bonne personne, c’est le carrefour de sa vie !
Comme lui, sur le toboggan de la vie extériorisée nous nous fuyons, jusqu’à nous perdre de vue et déprimer. Pourtant à chaque instant, nous avons rendez-vous avec nous même, car nous sommes toujours à la bonne place !
Chaque personne est un carrefour où se croisent les énergies antagonistes afin que le cœur épouse, harmonise les énergies contraires et rende hommage au Vivant spontanément.
La Présence silencieuse est la déesse du carrefour, maîtresse des trois mondes : Ciel, Terre et Enfers, elle dispense tous les dons car elle est la source guérisseuse de l’oubli de soi.
Gratitude.

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

 

Posté par caruana charles à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 mars 2016

Nouvelle lune en Poissons...

"La rencontre imprévisible..."

le-jardin-des-hespc3a9rides

Quatre planètes sont au rendez-vous de la nouvelle lune dans le signe des Poissons : Mercure, Neptune, Lune et Soleil.

Attraction océanique ! La mer est démontée mais l'enthousiasme et la recherche d'émotions intenses nous motivent. Rêve, fantasme, exagération, ensommeillement, peur, les enfantements de la nuit accaparent notre attention.
Dans le même temps, l’invitation du silence est entendue… Une distance face au monde de l’efficacité se pose…  Un accueil inattendu du quotidien étonne…

Mars et Saturne, en Sagittaire, fomentent, préparent secrètement l'embuscade. Ou bien alors, c’est l’émergence d’un acte issu de notre profondeur d’être qui s’impose naturellement…  La conscience sort d’un état de rêve et prend conscience d’elle-même.
Quant à Jupiter, dans le signe de la Vierge, capitaine du bateau, il apporte de la compétence, du cadrage et de la prudence. 
Cette lunaison hivernale, dernière épreuve du cycle annuel, nous permet de tordre le cou à l'obscurité terrifiante... et d'accueillir le renouveau, symbolisé par le Printemps.

ecf

Hercule luttant contre Nérée, lécythe à figures noires, 500-490 avJC.

Hercule, héros de la mythologie grecque, lors de son onzième travail, est en grande difficulté car il doit cueillir les fameuses pommes d'or mais il ne sait pas où chercher ? Fatigué, désirant se reposer, l'obscurité fraîche d'une grotte l'attire, il entre mais, par mégarde, il marche sur un homme endormi, c'est Nérée, le dieu des océans.

L’assoiffé de vérité trouve et retrouve son chemin
en fréquentant le silence.
Il entre dans la grotte de son cœur.
Et rencontre par inadvertance, son maître intérieur.

*

Nérée, bien plus bienveillant que Neptune, est « le sage de la mer ». Dans les anecdotes mythologiques, il a le don de se métamorphoser pour échapper à ses adversaires.

Nérée en chacun de nous, est notre « espace » émotionnel.

En mutation permanente, il n’est pas saisissable

par la compréhension mentale.

La déferlante de créativité est aussi magnifique que dévastatrice.

*

Nérée, aussitôt réveillé, en colère, se transforme en lion et saute sur le héros, qui le terrasse et le ligote. Mais il se change en serpent et attaque Hercule, qui l'attrape par la tête et le fait tournoyer. Nérée se métamorphose en flammes ardentes, mais encore une fois, le héros éteint le feu avec sa peau de lion.

Le lion : le feu de la personnalité, de la projection extériorisée.
Le serpent : le feu souterrain de notre intériorité.
Les flammes ardentes : l’enflamment total de notre conscience.
Hercule est notre soleil intérieur.
Le feu ou plutôt la lumière est notre cœur au sein de la nuit existentielle.
L’expérience du héros rencontrant le dieu de l'immensité est la révélation de la toute puissance de la Présence.
Les trois feux représentent les trois pommes d’or que la conscience cherche.
Le cœur est le jardin des Hespérides.


Nérée se calme, reprend sa forme humaine et indique à Hercule le chemin qui mène au jardin des pommes d'or.

*

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          

 https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

Posté par caruana charles à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2016

Nouvelle lune du Verseau

« Le cueilleur d'opportunité… » 

labyrinthe

En Verseau, la Lune et le Soleil sentent un regard gênant, intrusif, qui les observe, la planète Mars dans le signe du Scorpion est aux aguets.
La légèreté, retenue par une attraction tellurique, prise dans les filets d’un attachement instinctif, se sent superficielle, volage, inadéquate, en cage.
Cette lunaison interroge !
La vie questionne !
La résolution des conflits ne vient pas forcément de l’extérieur, pas nécessairement des autres, ni d’un événement irrationnel.
Seuls les mots, la mise en bouche des problèmes, la manducation de la parole est indispensable.
Sortir de l’abstraction de la pensée de soi.
Prendre sa place de façon concrète.
Constater l’arrogance du mental, avec ses mots pompeux, sa grandiloquence et rejoindre le murmure des mots vivants.
C’est alors un senti qui prend le relais et accueille.
Le moindre geste, le tempo de notre marche consciente et notre respiration, s’impliquent naturellement dans la résolution des problèmes.

verseau 2

Dédale, un personnage, discret mais oh combien magnifique, de la mythologie grecque, nous enseigne volontiers la pratique de l’impossible.
Artisan astucieux, il invente le fil à plomb, la glu, la vrille et d’autres outils de son métier de bâtisseur.
Artisan de l’impensable, il fabrique une vache en bois revêtue de cuir pour que Pasiphaé, la femme du roi Minos, puisse s’unir au taureau de Poséidon. Puis pour cacher le fruit de cet amour passionné : le Minotaure, il construit le labyrinthe.
A la demande d’Ariane, il invente le fil qui montre le chemin.
Emprisonné avec son fils dans le labyrinthe, il imagine les ailes, Dédale et Icare prennent leur envol, s’échappent.
Qui saurait faire passer un fil à travers une coquille d’escargot ? Dédale attache un fil à la taille fine d’une fourmi, un trou puis une goutte de miel au sommet de la coquille… Le fil est passé ! 

Questionné par la vie, Dédale se laisse inventer par ce qui advient, puis tout naturellement, il objective concrètement la situation. Cueilleur d’opportunité, il symbolise l’intelligence inventive qui honore le temps présent, ce précieux du cœur qui s’exprime et se donne entièrement. 

verseau

 https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          

 https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique  

Posté par caruana charles à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2016

Parfum d'éveil...

2016-01-26_105551

http://aksysmundi.wix.com/parfum-eveil

Posté par caruana charles à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2016

Pleine lune en Lion...

"Fragilité d'être et voleur de feu"

cossiers_promethee

La pleine lune dans le signe du Lion miroite la "toute ouverture" du Soleil en Verseau. Saturne en Sagittaire, Uranus en Bélier et Lune en lion, les signes de feu festoient.

Sauter dans l'inconnu...

Aller vers...

S'ouvrir à la vie...

téléchargement (1)

Ouranos, "Ciel étoilé", fils de Gaia, devient son amant incestueux et le père de ses enfants, "les Titans", horribles et gigantesques. Ils sont relégués au Tartare dans les enfers. Le dernier-né, Cronos, se révolte et émascule son père avec la complicité de Gaia, la Terre-mère. La créativité dévastatrice est stoppée.

Ciel et Terre séparés, le vide apparaît entre les deux.

Cette vacuité est représentée par le signe du Verseau, 

Prométhée et la planète Uranus.

Gustave Moreau

Gustave Moreau

Prométhée, alias Ouranos, alias Uranus, est l'outil intuitif capable de bâtir un pont entre la Terre et le Ciel, c'est l'Arc-en ciel 

Retour à la source, retour au Père.

Il vole le feu aux dieux de l'Olympe pour le donner à l'homme. 

Bien sûr, c'est le feu qui brûle les doigts (Bélier), le feu qui réchauffe et éclaire (Lion), le feu lumineux de la prise de conscience (Sagittaire) mais surtout le feu de l'ESPERANCE (le centre du zodiaque).

Conscience providentielle au coeur de chacun, ce feu libère l'homme de l'emprise de la Terre. Regard tourné vers le ciel, l'homme redécouvre l'intériorité et manifeste la singularité de la conscience.

Héros anonyme, l'homme-arc-en-ciel réitère le parcours de Prométhée, flirte avec l'immortalité, offre sa propre liberté, son questionnement incessant, sa souffrance, et réhabilite la fraternité. 

*

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          

 https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

Posté par caruana charles à 21:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 janvier 2016

Pan

« Pieds de bouc et flûte de Pan »

téléchargement 

Bien qu’allaité par Amalthée, le dieu Pan, frère de lait de Zeus, a mauvaise réputation. 

Pieds de bouc, velu, barbichette et cornes pointues, il cumule les handicaps, sa mère le rejette mais il trouve sa place dans l’Olympe parce qu’il « amuse » les dieux. 

*

Les poètes le disent protecteur des bergers, des pâturages  et des troupeaux, dieu champêtre, dieu nourricier par excellence. Mais un autre visage se profile car il symbolise la sexualité exacerbée. Il a la capacité d’exciter la foule, de la combler de bienfaits ou de provoquer l’hystérie et le désordre.  Jouisseur, danseur, festoyeur, il abuse des disciples de Dionysos, les Ménades, quand elles sont ivres… 

*

Autres facettes de Pan :

Il a un goût prononcé pour la sieste, le sommeil et la nuit. Réveillé pas surprise, il pousse un cri terrible qui génère la peur panique.

Il tombe amoureux de la nymphe Syrinx qui, pour échapper à ses ardeurs, se transforme en roseau…. Pour l’honorer il coupe sept roseaux et invente la flûte de Pan.

images (2)

Une autre étymologie de son nom est « tout », le dieu de la totalité ! Dieu de la vitalité débordante, de la nature totale, la nature divinisée… vu sous cet angle, nous comprenons mieux la démesure qu’il théâtralise et la sidération qu’il inspire.

A l'annonce de sa mort, la vie végétale et la vie animale, dont il était le symbole, sont anéanties par le froid et l'obscurité... Les habitants du pays prennent conscience de leur nudité !

Son cri est une déchirure ! Le voile tombe !

Il pourrait signifier la sortie d'un état de conscience en lien avec la Terre-Mère, avec la sensorialité, avec une appartenance collective. Avènement mystérieux ! Changement fondamental !

*

L’expression : « Pan, le grand Pan est mort » est passée dans la langue populaire pour signifier la fin d’une société, la fin des institutions. Toute ressemblance avec notre société est purement fortuite...

*

https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50          

 https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique 

Posté par caruana charles à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]