Le maître d'âme

Je veux raconter ici mes passages d'ombre, comment le monstre a surgi, avec ses yeux vastes et froids, son regard de dévoration, son immobilité minérale.

Je l'aurais haï jusqu'à m'abolir moi-même si, par une connaissance venue de mon âme haute, je n'avais su qu'il n'était monté des bas-fonds que pour me remettre en chemin. 
J'ai toujours su que nous n'étions pas encore nés, que le monde était une matrice avant le vrai ciel, au delà des sombres nuages.

La vie est à gagner, la limpidité à conquérir. La plupart des hommes sont dans les brumes et ne le voient pas.

Christian Charrière

Merci Gisèle Bonnot.