31 décembre 2017

Réveillon...

100x81-ivre-de-lumic3a8re-09-2017

"Les artistes appellent réveillons
des accidents de lumière
qui rompent la monotonie
d'un endroit de la toile"

Diderot, Pensées sur la peinture.

Merci Nathalie Coulon

Peinture de Clémence Caruana... "ivre de lumière".....  https://clemence-caruana.com/

Posté par caruana charles à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 décembre 2017

Ginette Forget...

Le meilleur c’est maintenant, avec ce qui EST, telle que c’EST. Cessons de remettre à plus tard… La vie est là dans chacun de nos pas, quelque soit l’environnement, les personnes, les circonstances et lorsqu’elle n’est pas qualifiée, ni quantifiée, elle est parfaite telle qu’elle est.

L’attachement aux coutumes, à la vision romantique du temps des Fêtes génère du bonheur, mais aussi de la souffrance pour plusieurs. Puissions-nous voir objectivement le personnage à l...’œuvre, les histoires qui se jouent, les émotions que cela suscitent et s’en libérer.

Je crois que le temps est venu de grandir, de Voir notre vie avec un regard neuf, mature. D’investiguer le TOUT, de rester au PRÉSENT et de retrouver notre innocence originelle, celle du cœur. D’Être dans la Joie de l’instant, libre.

Le grand paradoxe est que, lorsque plus rien n’est attendu, il est alors possible de Voir que TOUT est là. Que ceci l’a toujours été, mais nous étions trop occupés à courir pour le voir.

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite un PRÉSENT conscient.
D’Être simplement dans la vie, telle qu’elle est, le cœur ouvert à l’infini.

~ Ginette Forget, Artiste de la Présence

Merci Julia Cabessanis 

Posté par caruana charles à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2017

William Blake...

Un voilier passe…

Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin,
et part vers l'océan....
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon côté dit : « il est parti ! »

Parti vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
sa coque a toujours la force de porter
sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi,
pas en lui.

Et juste au moment où quelqu'un prés de moi
dit : «il est parti !»
il en est d'autres qui le voyant poindre à l'horizon
et venir vers eux s'exclament avec joie :
« Le voilà ! »

C'est ça la mort !
Il n'y a pas de morts.
Il y a des vivants sur les deux rives.
William Blake

Merci Brigitte Lopez

Posté par caruana charles à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]