30 août 2015

L'Humus des mots...

"Ateliers d’écriture"

Valérie Chevalier

2015-08-30_190531

Animer l‘écriture comme matière pour tous, jaillissante et façonnable, pour se surprendre agréablement le temps d‘un moment partagé.

*
2 mardis dans le mois - séance du 29 septembre 2015 offerte
18h45 - 20h45................ Maison de quartier de l’Hers, 56 chemin du Château de l’Hers 31500 Toulouse. Bus 19 - arrêts Fontanelles ou Carcassonne.
*
2 jeudis dans le mois - séance du 24 septembre 2015 offerte
18h30 - 20h30.............. Centre culturel des Mazades, 10 avenue des Mazades 31200 Toulouse
Métro ligne B - stations Minimes Claude Nougaro ou Barrière de Paris
Bus 27, 29, 41.

*

Valérie Chevalier

Tél. : 06 13 52 83 29 

Courriel : lhumusdesmots@laposte.net

*

2015-08-30_190531

 "Il existe une grande variété de bouches, dit-elle, des bouches gouttières où grondent salive et bavardages, des bouches marsupiales qui abritent toujours un petit qui dort, des bouches enveloppes fermées, jamais expédiées." 

Erri De Luca, in Trois chevaux

Posté par caruana charles à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 août 2015

Chambres d'hôte en Ariège...

A Castillon en Couserans

2015-08-29_103047

- Chambre d'hôtes en Ariège, à Castillon en Couserans-
"Au détour du Larrech"
Bienvenue chez nous à Castillon Idéalement placée sur la place du village, nous vous accueillons dans notre maison Au détour du Larrech. Nous sommes prêts à vous raconter le Couserans et vous donner les informations pour la réussite de votre séjour.
06 30 70 94 74
http://maisondularrech.canalblog.com/

Posté par caruana charles à 10:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2015

Satprem

Satprem

L'aventurier de l'intérieur !

Posté par caruana charles à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2015

Jiddu Krishnamurty

"La vérité est un pays sans chemin !"

https://www.youtube.com/watch?v=sT4CzSoqbG4

Jiddu Krishnamurti - Entretien en français 1972

Merci Chantal Cemoi Champ.

Posté par caruana charles à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2015

Pierre-Marc ANTHONIOZ

Le Verbe vibre 

IMG_0151

L'ouverture de la bouche. Miséricorde. Langeac (Haute-Loire)

Au commencement était le Verbe...

A notre humble niveau, le Verbe peut être la force d'une parole juste, capable d'éveiller, de mettre en mouvement, de faire jouer les ressorts qui animent de délicats mécanismes intérieurs.

Pour émettre la parole, un rite d'ouverture de la bouche est nécessaire afin que fleurissent les mots. Cette ouverture est pratiquée par les prétendus sages comme par les soi-disant fous.

Qui peut distinguer entre l'un et l'autre tant que la parole profonde, inspirée, n'a pas franchi les limites intérieures !

Pierre-Marc ANTHONIOZ

Paroles de pierres - Un chemin d'accomplissement à travers la sculpture sacrée du Moyen-Age. Les éditions de l'AIRE LIBRE. 

Sur Facebook : https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50              

https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique

 

Posté par caruana charles à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2015

Nouvelle lune d'Août...

« Tournesol en fête ! »

images (14)

Lune, Soleil, Vénus et Mars dans le signe du Lion, une lunaison riche en lumière.

Bien sûr, c’est la "foire aux égos", l’enflure guette la personnalité et le narcissisme fleurit gaiement, mais, momentanément, tel est le chemin.

Quête de perfection mentale, s’abstenir.

Le cœur ne se laisse pas intimider, ou pas longtemps, par cette farandole d’exhibitions.

*

« Tournesol, fleur de joie ! »

images (13)

Le retour à soi permet de sourire et d’entrer dans le jeu sacré.

La "danse du soleil" commence, fleur amérindienne oblige.

Voyage de noce en terre de feu.

Étreinte sacrée.

Habit de lumière.

Yeux dans les yeux, en empathie spontanée, ce face-à-face brûle les yeux de l’imprudent et pétrifie l’orgueilleux, mais rend joyeux l’amoureux, le cœur innocent.

*

« Tournesol, fleur de soleil »

images (12)

Rappelez-vous  Marsyas, le flûtiste de la mythologie grecque, il veut rivaliser avec Apollon, dieu de la musique. Le dieu, susceptible, prouve sa supériorité en jouant de sa cithare à l’envers et à l’endroit, en virtuose… Marsyas ne peut en faire autant avec sa flûte. Il sera écorché vif et sa peau sera cloué à un pin…

Il faut entendre que la relation au Maître intérieur est un engagement sacré, qu’il dépouille de toutes les idées de soi-même.

Et puis, nous savons tous que jouer de la flûte charme les serpents, que notre ombre planquée dans l’obscurité ne peut résister à la loi d’amour. Elle finit par montrer le bout de son nez et se convertit à la lumière.

*

« Tournesol, fleur d’éblouissement »

images (16)

Dans la mythologie grecque, il y a aussi Clytie, une nymphe, éperdument amoureuse d’Apollon, elle se métamorphose en tournesol afin de contempler inlassablement son dieu.

Lunaison d’engagement.

Dévouement inconditionnel.

Temps d’adoration.

*

images

 

Sur Facebook : https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50             

https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique

Posté par caruana charles à 14:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 août 2015

La hache à double tranchant

"Lumière au dehors, lumière au dedans" 

téléchargement (1)Pétroglyphe Val Camonica

 

Origine et Mythologie

‘Labyrinthe’ est un mot d’origine pré-grecque, peut-être lié aulabris Lydien (hache à double tranchant, symbole de pouvoir royal). Ce symbole a été retrouvé dans le palais minoen et il accompagne généralement des déesses.

Il représentait probablement la matriarche, et on peut le recouper avec le concept de souveraineté.

Si la mythologie crétoise ne mentionne pas de Dame régnant sur le Labyrinthe, une tablette trouvée à Knossos porte une inscription mentionnant un présent « à tous les dieux, du miel; à la maîtresse du labyrinthe, du miel. »
La hache à double tranchant, selon une tradition très ancienne, fut l’arme avec laquelle Arès-Dionysos ouvrit le premier labyrinthe. Arès-Dionysos, dieu des premiers temps, descendit sur terre, où rien n’était créé et où il n’y avait que l’obscurité.

Du haut des cieux, on octroya le Labris à Arès-Dionysos, on lui dit qu’il devait l’utiliser pour forger le monde. Au milieu de ces ténèbres, Arès-Dyonisos commença à marcher en rond, taillant l’obscurité et s’ouvrant un sillon avec sa hache.

Le chemin qu’il ouvre et qui s’éclaire peu à peu, c’est le Labyrinthe, le sentier taillé avec le Labris. Quand Arès-Dionysos, à force de tailler et de tailler, arrive au centre même de son sentier, il découvre que sa hache est devenue une torche : il a taillé l’obscurité vers l’extérieur avec un tranchant de la hache et sa propre obscurité intérieure avec l’autre tranchant.

Dans la mesure où il a fait la lumière au dehors, il a fait la lumière au dedans. Ainsi, quand il arrive au centre du labyrinthe, il est parvenu à la lumière et il est parvenu jusqu’à lui-même.

par 

https://morriganscave.wordpress.com/2010/10/08/le-labyrinthe/

Posté par caruana charles à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2015

Jean Cocteau

 La non-voix du poète

Jean_Cocteau_b_Meurisse_1923

 Jean Cocteau-B-Meurisse 1923

"Le poète qui accepte de poursuivre la route à pied, jusqu'au bout, devient une victime de la société qui l'expulse comme indésirable.
Il dérange, il est considéré comme un flâneur contre lequel s'oppose une foule où chacun s'imagine savoir où il va…
Il est de l'ordre en forme de désordre, un aristocrate-anarchiste, un empêcheur de danser en rond !"

~ Jean Cocteau / Photo : P.L.M-Saorsa AUM

Posté par caruana charles à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]