26 avril 2015

Christian Bobin

"Il faut naître deux fois....."

 

2015-04-26_125200

 

"Il faut naître deux fois
pour vivre un peu
ne serait-ce qu'un peu.
Il nous faut naître par la chair
et ensuite par l'âme.
Les deux naissances sont
comme un arrachement.
La première jette le corps
dans le monde,
La seconde balance l'âme jusqu'au ciel."

(Christian Bobin)

 

bobin

 

Posté par caruana charles à 12:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


19 avril 2015

Nouvelle lune en Bélier

« Là où les rayons du soleil sont enfermés

dans une chambre d’or »

images

Lune, Soleil et Uranus nous entraînent dans cette nouvelle lune avec de la fougue, avec l’envie de sourire pour rien, avec un simple désir de vivre.

Bien sûr, la foudre que la planète Uranus symbolise, joue la perturbatrice.
Pourvoyeuse d’inventivité inattendue, elle ouvre les portes cadenassées sans clef et sans effort inutile.

FL3Gh-jj293RNd9sGRcL0h6KeV8

Après le signe des Poissons, après la nuit et les combats épiques, le signe du Bélier, printemps zodiacal, est le symbole du renouveau.
Naissance, renaissance, réincarnation, résurrection … 

Le Bélier, poétiquement associé à l’agneau, est la lumière du centre de l’être.

"Ce qui n’a pas de naissance", dit la tradition védique.

Ce qui Est.

icebreaker_merino_sheep_cmyk

Le Bélier, premier signe du zodiaque, témoigne du voyage amoureux de la lumière au cœur de la matière.
Le premier couple se manifeste : Bélier-Balance.
L’impulsion du Bélier met en mouvement le jeu de la manifestation des formes.  

Ce déséquilibre engendre la destruction de ce qui était et simultanément invente un nouvel équilibre et de nouvelles formes. Le fléau de la Balance équilibre l’opposition, qui devient complémentaire. L’intuition du beau rejoint spontanément la sérénité.

Équanimité.

Retour à Soi et centre du zodiaque. 

*

« Mythologie grecque et Toison d’or »

argos9

Le roi Athamas a deux enfants : Phrixos et Hellé, d’un premier mariage.
Sa seconde femme veut privilégier son fils et décide de tuer les enfants du roi.
Néphélé, la noble reine décédée, envoie à ses enfants un bélier à toison d’or qui les emporte par la mer sur le bord de l’océan : 

« là où les rayons du soleil sont enfermés dans une chambre d’or ».


Hellé glisse de sa monture et trouve la mort dans la mer à qui elle donne son nom. C’est l’éclat de la lumière primordiale qui plonge dans les ténèbres de la matière.
Phrixox, arrivé au terme de son voyage, immole le Bélier à Zeus et offre la Toison d’or au roi du pays, elle sera gardée par un dragon redoutable. 
Phrixos, son nom signifie « frissonner ».
Il vibre, il tremble, il a la chair de poule, il expérimente l’incarnation.

fete_dieu001

Sur Facebook : https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50

https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique

Posté par caruana charles à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2015

Henri Faliu-Blanc

" Le vacarme de la parlerie "

2015-04-12_203844

Le Tao rend hommage à cette frêle oraison qui,

sans le secours des mots, armée de sa seule candeur,

sans cesse brimée par le vacarme de la parlerie,

dit et rêve l'indicible, nomme inlassablement l'innommé.

*

Maître, le Tao fréquente-t-il aussi des lieux modestes ?

Le Tao est dans la niche du chien,

dans le cambouis maculant les mains du mécanicien,

dans la poche trouée du veilleur de nuit,

dans les ouïes de la sardine fraîchement pêchée.

*

Maître, depuis quand le Tao est-il le Tao?

Le Tao est l'enfance de toutes choses et leur évanescence.

Le Tao a l'âge du nourrisson, le poids des ans de l'éternité.

*

Maître, comment honorer le Tao si d'aventure on le croise ?

Le culte de la personnalité est étranger au Tao :

il n'a ni bonne parole à porter au loin ni honneurs à recevoir.

Le Tao n'a pas de disciples et n'en souhaite point.

A ceux qui seraient tentés de lui vouer un culte, le Tao murmure,

sur un ton de péremptoire douceur :

"Oubliez le Tao, passez votre chemin."

Posté par caruana charles à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2015

Pleine lune d'avril

Orphée..... Le Regard !

orfeo

Cette pleine Lune dans le signe de la Balance, épousant du regard le Soleil et la planète Uranus dans le signe du Bélier, m’entraîne à vous parler d’Orphée, le joueur de lyre de la mythologie grecque.

*

L’histoire d’Orphée et d’Eurydice est racontée et interprétée sur tous les tons imaginables, et cela depuis des siècles. Je vous propose une poignée de mots et d’images, de cette histoire, mais en tant que chemin de conscience…

*

Soleil et Uranus en Bélier :

Orphée n’est pas un homme ordinaire, ni un guerrier intrépide, encore moins un héros invincible, mais un poète, un amoureux du Vivant.

Lune en Balance :

Eurydice n’est pas une femme charmante et délicieuse, ni une amoureuse éperdue, ni une déesse, elle représente le vertige du féminin absolu, la féminité flamboyante !

* 

téléchargement

Orphée, fils d’apollon, joue magnifiquement de la lyre, il fait chanter les pierres, danser les arbres; il attire et pacifie les bêtes sauvages, calme le vent et les marées.

Musicien surprenant.

Les ménades dansent sur sa musique et tournoient jusqu’à la transe sacrée.

Les muses l’adorent et le guident sur le chemin de la pleine conscience.

Musicien inattendu.

Son instrument : la lyre. Elle a cinq cordes au départ (symbole de l’incarnation) ; puis 7 cordes, (symbole de l’équilibre intérieur) après la visite d’Hermès et Apollon ; enfin 9 cordes (symbole de l’accomplissement) après la rencontre avec Hadès et Proserpine.

L’intelligence du cœur et le langage amoureux représentent cette lyre.

La vison globale peut-être ?

*

Eurydice pose son pied délicat sur la tête d’un serpent et meurt instantanément. Le serpent symbolise une montée d’énergie, que certains pourraient nommer koundalini. L’inspiration devient langage amoureux, emprise divine, enthousiasme. Elle se chante, s’écrit et se partage. Elle fréquente l’incarnation, donc flirte avec les enfers.

* 

Orphée-et-Eurydice-11

Hadès, dieu des enfers, et sa femme Proserpine, laissent revenir Eurydice dans le monde des vivants, à la condition que Orphée ne se retourne pas pour la regarder…

Mais qui regarde ?

Quoi regarder ?

Jeux de regard.

Il se pourrait bien qu’elle soit devenue Reine des enfers.

N’oublions pas le lien entre Orphée et les ménades, donc avec Dionysos.

Incarnation d’une énergie subtile.

Ancrage.

Orphée flirte avec le ciel, les enfers et le monde des vivants.

Le chemin d’éveil se révèle.

L’inspiration ne connaît aucune frontière, aucune limite, aucun pourquoi.

* 

2015-04-04_141028

« Orphée ne doit pas se retourner sinon il perd à jamais sa bien-aimée ! »

L'instant présent n'a pas de devant-derrière, ni de dedans-dehors, encore moins de haut-bas ou de gauche-droite….

L’inspiration n’est pas localisée quelque part, mais passante.

Le regard est regardant !

*

Ultimement Zeus foudroie Orphée pour le punir... Il aurait révélé des mystères divins aux hommes… Comme d’habitude il est question d’une illumination foudroyante, d’un éveil et non pas d’une punition.

De la même manière, les ménades le coupent en plusieurs morceaux et jettent sa tête dans un fleuve... et les muses récupèrent les morceaux et enterrent Orphée au mont Olympe. Il est dit que sa tête, dans le tombeau, chante inlassablement l’amour du Vivant. 

Complicité, simultanéité et chant d'amour !

* 

2015-04-04_112429

http://www.astrotheme.fr/transits_carte_du_ciel_et_ephemerides.php?i=1

Sur Facebook : https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50

https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique

Posté par caruana charles à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]