24 septembre 2014

Nouvelle lune de Septembre

" L'heure bleue… "

images (28)

Entre chien et loup, entre jour et nuit.

Le ciel déploie son bleu profond.

Le parfum des fleurs embaume.

La cloche lointaine sonne.

Les oiseaux chantent l’ultime symphonie.

La nuit se lève lentement….

Un calme sans nom, habille la ville.

C’est l’heure bleue.

*

yannick Charifou

La nouvelle Lune et le Soleil se posent dans le signe de la Balance.

Un couple dans le signe du couple ?

Cette lunaison devrait se déployer dans le calme et la douceur d’une fratrie amoureuse. Mais attention ! Il faut être vigilant, car l’espièglerie du Vivant, sans but et sans fin, œuvre subrepticement.

*

images (29)

L’opposition de la Lune et du Soleil à Uranus en Bélier et le carré à Pluton en Capricorne, signalent que le doute peut s’insinuer….

Uranus peut refuser la fusion du couple au profit d’une liberté fantasmée….

Mais, avec un peu de recul, de la tendresse et une poignée d'inventivité, cette planète apporte une coloration singulière et magnifiquement magnétique à notre vie de couple.

De son coté, Pluton peut casser systématiquement toute idée de couple, la peur dominant la situation…..

Mais, délivrant la conscience de ses automatismes, cette planète révèle, dans la nudité extrême, une lueur de justesse, un engagement qui fait sens.

*

images (30)

Temps d'intériorisation !

La lumière dans chaque maison prend le relais d’un soleil qui a fini sa journée de travail. Le feu, dans la cheminée ou le chauffage central, prend le relais d’un soleil timide qui ne réchauffe plus personne. 

L’entrée dans la caverne du cœur est un moment d’intimité.

Le gardien du seuil veille.

Un long dépouillement se profile.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle…..

L’invisible réalité s’affiche au rythme lent des jours.

Le dragon se frotte les mains, car il ne demande qu’à être apprivoisé.

*

images (26)

Retour à Soi.

 La nature aussi rentre chez elle, en son essentiel, elle hiberne comme un vieil ours.

Le rythme se ralentit.

Le dehors n’a plus de sens.

*

images (27)

Le maître des lieux, le vieux Chronos (alias Saturne) et sa mauvaise réputation, change de tonalité. Il se fait bleu saphir, d’une attraction aussi subtile qu'irrésistible.

Poser au centre du zodiaque, il retrouve sa place initiale.

Présence.

Dans la circonférence, sa vocation était de cadrer la manifestation des formes du monde, maintenant depuis le centre, il rétablit l’harmonie entre les contraires. Equilibre du signe de la Balance me direz-vous !  Oui, mais bien plus que cela, car il harmonise le mouvement incessant de la création, de la dissolution et de la re-création des formes. Il libère la conscience du temps linéaire et de la spatialité.

*

images (19)

Cette lunaison nous enseigne que pour trouver l’harmonie de notre couple extérieur, il faut, avant toute chose, se poser dans le cœur.

Car la seule loi qui vaille, est celle de l’AMOUR.

*

Sur Facebook : https://www.facebook.com/#!/charles.caruana.50

 https://www.facebook.com/#!/AstrologiePoetique  

 

Posté par caruana charles à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 septembre 2014

L'auguste au nez rouge...

« L'auguste au nez rouge ! » 

2014-09-04_115118

Chapiteau monté, le cirque est un espace fermé, une représentation symbolique du monde. Petit univers de poche !

Monsieur Loyal, soleil rayonnant comme il se doit, est le maître des lieux. Puis les arts du spectacle se déploient et ultimement, l’entrée en scène des deux clowns. 

L'habit de lumière est offert au clown blanc ! Reflet du soleil, il correspond à la pleine lune. En analogie avec le doux Pierrot, au visage blanc, que nous connaissons bien.

 2014-09-04_115502

« l’auguste » fait référence à la nouvelle lune, à l’obscurité, il montre l’envers du décor. Fou du roi, perturbateur, maladroit, c’est avant tout le visage de la spontanéité.

Sa dégaine de mendiant, fait référence à Arlequin, l’homme a l’habit bigarré. Certes son costume n’est pas un assemblage de triangles de couleurs éclatantes, mais avec ses chaussures disproportionnées, ses vêtements trop grands et son chapeau flasque, il théâtralise un personnage décousu !
Son maquillage, blanc, noir et rouge, confirme son écartèlement, sa posture maladroite dans le monde.

Quant au rouge vif de son nez, Cyrano de Bergerac dirait :  « C’est un cap ! Que dis-je ! Une péninsule ».

Le nez rouge est la signature de l'auguste.

2014-09-04_115828

Avec les moyens du bord, trois fois rien, il déclenche le rire et entraîne son public dans l’absurde. Les roulements de tambour sont ses grondements de tonnerre et les éclats de rire sont ses éclairs foudroyants, se prendrait-il pour Zeus ? 

Certes nous le savions fou du roi, voilà que maintenant, il théâtralise le fou de dieu ! 

Que la fête continue !

*

http://caruanaclemence.canalblog.com/

 

2014-09-04_203951

 

Posté par caruana charles à 12:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 septembre 2014

Michel Rousselin.....

« L’arbre du premier jour… »

DSC_1449 

( Sculptures et bois de Michel Rousselin )

Les racines et les bois sculptés de genévrier nous font entrer de plein pied dans une forêt d’images incertaines.
 
Cette immobilité fascine.
 
Des visages appellent !
 
Des animaux étranges s’accrochent à notre regard offert !
 
Une éternité végétale semble nous reconnaître.
 
Nous bredouillons, nous balbutions, nous jouons avec les associations d’images pour garder le contrôle de la situation.
 
Mais c’est déjà trop tard….
 
Un monde incroyablement vivant se réveille en chacun.
 
La magie végétale opère.

DSC_1501

Sans même en prendre conscience, nous déambulons dans un monde parallèle.
 
Territoire inconnu, certes, mais nous posons spontanément des mots, nous déchiffrons subitement ces hiéroglyphes végétaux d’un autre temps.
 
La Belle au bois dormant, notre sensibilité princière, se réveille d’un long sommeil. Elle s’étire et baille aux corneilles. Maître corbeau sur son genévrier perché, croasse gaiement.
 
Complicité spontanée.

DSC_1432


Bienvenu en toi ! Bienvenu chez toi ! Chante le genévrier espiègle, car n’oublions pas que les poètes de l’antiquité, lui donnait le pouvoir de chasser les mauvais esprits.
 
Sans but, sans fin, sans pourquoi, la sensibilité de l’artiste nous fait passer de l’autre coté du miroir, pour qu’enfin l’innocence du cœur soit réhabilitée.


 
DSC_1510

  • 2014-09-04_203951

Posté par caruana charles à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]